Gilets Jaunes : il est toujours bon de faire trembler les rois

[E brezhoneg war-lec’h]

48249881_2242952969273285_7783980049010524160_n

Depuis la première mobilisation des Gilets Jaunes le 17 novembre, ce mouvement monte en puissance par des actions de blocage, d’occupation, de manifestation et d’émeute. Le pouvoir tremble et nous ne pouvons qu’en être satisfait.e.s !
Le légitime ras-le-bol à propos des taxes a cristallisé de profondes colères latentes. La radicalisation expresse du mouvement l’amène maintenant, pour partie, à envisager des solutions révolutionnaires. L’attentisme puis les miettes données par Macron ont contribué à accélérer ce processus : les revendications portées sont maintenant multiples et en évolutions permanentes.
Des revendications à propos du renforcement des forces de police ou d’expulsion des migrant.e.s disparaissent peu à peu, les classes populaires abandonnent les illusions des réformistes de tous bords. La conscience de classe revient à mesure que les Gilets Jaunes comprennent où sont leurs intérêts et qui s’y oppose.

Il y a néanmoins un point important sur lequel le mouvement ne s’est pas encore assez questionné : son rapport à la nation française. Nous constatons dans certains groupes locaux en Bretagne des avancées louables sur la question des langues minoritaires, voire même sur la question du droit à l’autodétermination. Les Gilets Jaunes s’entourent pourtant allégrement des symboles de l’État qu’ils affrontent : marseillaise, drapeau tricolore, allégeance citoyenne.
Si cette symbolique aide à maintenir un dogme jacobin dans les esprits, le mouvement risque sûrement d’y perdre plus que d’y gagner. La sur-représentation des drapeaux bretons ou drapeaux d’autres peuples dans les manifestations des Gilets Jaunes révèle une volonté sous-jacente d’émancipation autre que les grandes revendications affichées dans les médias. Le mouvement parle maintenant de réforme des institutions, de destitution du pouvoir, de vastes politiques sociales, mais bien peu encore de l’autonomie des territoires et du droit de décider. Le référendum d’initiative populaire est loué par les Gilets Jaunes, il est donc légitime d’y parler de référendum pour la réunification de la Bretagne ou pour des consultations sur d’éventuelles autonomies ou indépendances !

Ce mouvement est d’autant plus caractérisé par une nette volonté de ne pas être dirigé. L’expérience des Bonnets Rouges nous a montré en Bretagne à quel point le pouvoir pris par les leaders peut vite conduire à des trahisons. Puisqu’il n’y a pas de direction française centralisée, des territoires comme la Bretagne peuvent donc légitimement y aborder des questions qui leurs sont propres, dont l’autodétermination !

Il est bien difficile de savoir comment va évoluer ce mouvement. Il ne sera pas surprenant de le voir s’arrêter demain, ni de le voir continuer pendant des mois. Mais si la dynamique se maintient, nous ne pouvons qu’inciter à y porter des soutiens indépendantistes, en Bretagne et ailleurs. Ne pas comprendre et ne pas participer à ce mouvement, c’est se condamner à l’incompréhension de nombreuses aspirations populaires à venir.

Appel à intensifier la révolte en Bretagne, à se rendre aux blocages, aux manifestations, à y porter un message indépendantiste et révolutionnaire !
Appel à tou.te.s les antifascistes à barrer l’extrême droite dans le mouvement et à l’expulser des manifestations comme à Paris !

Vive la Bretagne libre, vive la révolution !

———————————————————————-

Jiletennoù melen : Ar roueed a greenn en o ziez.

Emsav ar Jiletennoù melen n’eus kresket abaoe o manifestadeg kentañ d’ar 17 a viz Du. A drugarez da obererezhioù skoilhañ, ac’huberez, pe manifestadegoù o tostaat deus un taol-dispac’h, emañ ar galloud e penn o krennañ. Ha deus an dra-se e c’hellomp-ni bezañ plijet.
Gant istor an tailhoù eo bet lakaet war well ur c’hounnar don a chome kousket e spered an dud.
Krenaat fonnus al luskad a gas ul lodenn mat deus outo, da glask war lerc’h diskoulmoù dispac’herien.
Gortozhidigez Macron hag ar paourkaez restachoù roet gantañ erfin n’eus lakaet an traoù da fonusaat. An arc’hadurioù goulennet a zo bremañ lieseurt hag o kemmañ, o emmdroañ bemdez.
Arc’hadurioù o c’houlenn kreñvaat ar polis pe skarzhañ ar repuidi a zo o vont diwar well tamm ha tamm, ar renkad poblek a zilosk o selloù touellet war an disivouderien politikel a bep tu.
Dont a ra en dro an dud da vezañ emskiant deus an diforc’hioù etre pep renkad. Adkavout a reont pelec’h emañ o interest, ha piv zo enepto
En desped da se e chom ur poent a n’eo ket bet komzet deus outañ gant ar jiletennoù melen. Penaos eo an traoù keñver an darempredoù gant bro-c’hall. Ba luskadoù zo e Breizh hon eus merzet araokadennoù zo war ar yezhoù minorelek, ha memes war ar gwir da zivizout en un doare lerc’hel ha gant ar bobl. Ar jiletennoù melen o deus koulskoude implijet arouezioù ar stad emaint o stourm a enep : ar marseillaise, ar baniell triliv, an allégeance citoyenne. An arouezioù-se a zo ur gwask ag a vir ur spered jakobin, kuit da gas traoù fall d’al luskad.
Koulskoude pa vez gwellet an niver a banielloù breizh pe a banielloù pobladoù all er manisfestadegoù jiletennoù melen e vez santet ur c’hoant dieubidigezh all, disheñvel ouzh an arc’hadurioù skignet gant ar mediaoù
Al luskad a gomz deus reformoù an ensavadurioù, deus eztitladur ar galloud, deus politikerezh sokial, met ne vez ket klevet kalz komz deus emrenerez an tiriadoù ha deus ar gwir d’ar bobl da zivizout. Ar gwir da zivizout evit adunvaniñ breizh ! Referundumoù all war un emrenerezh posubl pe un dizalc’hidigez memes !
Al luskad a zo merket gant ar c’hoant bezañ emren nac’hañ a reont bezañ renet.

Skiant prenet ar bonnedoù ruz e Breizh neus diskouezet pegen danjerus eo pa vez renerien o tapout ar galloud. Ganto vez degaset riskloù trubarderezh buan tre. Dre ma n’eo ket ul luskat kreizennet war bro c’hall, tiriadoù vel Breizh a c’hell mat tre degas o ac’hadurioù dezho, hag ar gwir da zivizout en tiriad n’eo ket an hini diwezhañ !
Diaes mat eo gouzout penaos e troio al luskad se . Ne vefemp ket souezet o welet n’añ paouez warc’hoaz pe kenderc’hel pad mizioù.
Ma vez dalc’het gant al luskad ne c’hellomp ni nemmet atizañ an dud da zegas o skoazell dizalc’hourien, e Breizh ha pep lerc’h. Chom hep kompren pe kemer perzh d’al luskad se a zo prennañ dorioù evit kompren ac’hadurioù ar bobl.
Galv a reomp da stourmiñ evit an dispac’h e Breizh, mont da sikour el lerc’hioù stanket, d’ar manifestadegoù. Degas ur preder hag ur galv dizalc’hour el luskad !
Galv d’an holl enepfaskourien evit nac’hañ al luskad d’an tu dehou pellañ ha skarzhañ anezho deus ar manifestadegoù giz e Pariz !

Bevet Breizh dieub, bevet an dispac’h !

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s